Objectifs et nature des séances

En fonction de la personne ou du groupe

Objectifs

Ils sont ajustables en fonction de l’âge et des besoins de la personne prise en charge.

 

Pour des jeunes enfants par exemple, on utilise des jeux musicaux ludiques afin :

 

  • – d’éveiller les fonctions cognitives telles que la mémoire, l’attention, la concentration.
  • – de mettre en jeu le corps par des exercices principalement basés sur le rythme et les vibrations favorisant l’intégration sensorielle, la connaissance du schéma corporel, la coordination des mouvements.
  • – de travailler le langage, la prononciation (au travers de comptines), l’utilisation de codes (exemple : un geste ou une couleur associé à un son), l’imitation (exemple : cris d’animaux), le souffle
  • – de stimuler les aptitudes et interactions sociales, par les propriétés communicatives de la musique

 

Autre exemple, pour un public plus adolescent, ce sont plutôt des propositions de mises en situation avec l’utilisation d’objets intermédiaires (par exemple des percussions), du corps et de la voix. Il s’agira de s’appuyer sur la musique, la communication musicale, les interactions, l’échange afin :

 

  • – d’ouvrir des canaux de communication, ceux-ci étant essentiellement leurs propres canaux qu’il convient de redécouvrir, et d’utiliser pour favoriser leur ouverture à l’autre.
  • – de leur donner la possibilité d’aller au-delà de leurs blocages, des limites qu’ils s’imposent, et de se libérer de certaines tensions.
  • – de travailler autour de notions de l’ordre du « vivre ensemble » (respecter l’autre, et l’environnement, apprivoiser le silence), de la connaissance de soi (prendre le temps de respirer, d’écouter l’environnement, son corps, soi- même, ses sensations…), et celle des autres (reconnaître et écouter l’autre, reconnaissance et respect de la différence…), ainsi que sur des objectifs plus pédagogiques tels que l’attention, la mémoire, la structure spatio-temporelle, la musicalité de la langue…

Nature des séances

Les propositions ci-dessous sont données à titre d’exemple.

L’improvisation (sonore, gestuelle et verbale).

Il s’agit d’offrir un espace pour la création d’un jeu sonore spontané sans règles préalables où sont utilisés la voix, le corps, les instruments, et permettre l’expression de l’identité sonore de chacun des participants. L’improvisation permet de découvrir de nouveaux comportements, de développer son identité sonore, d’explorer son sens intuitif, sa créativité, sa sensibilité.

 

L’idée est que ce qui est vécu en séances de musicothérapie est transposable à plus ou moins long terme dans le quotidien. Par exemple, si une personne qui d’habitude n’osait pas, a réussi à se faire entendre au sein d’un groupe par le biais d’un instrument, on peut espérer que cette expérience la valorise et renforce son identité personnelle en dehors des séances.

Objectifs : arriver graduellement à mieux se connaître.

Improvisation sonore

L’utilisation de chansons

Par exemple, un ou deux participants sont invités à chaque séance à partager au groupe une chanson de leur choix : ils peuvent selon leurs souhaits la chanter ou simplement l’écouter, les paroles de la chanson sont données sur support papier.

Objectifs : partager avec le groupe ses goûts, sa culture, une partie de son histoire, échanger…

Utilisation des chansons en musicothérapie

Les méthodes réceptives

Il s’agit d’écouter de la musique choisie par l’intervenante en fonction de l’histoire sonore et musicale d’une personne ou d’un groupe.

 

Les participants sont invités à exprimer ce que la musique leur évoque avec un mot, une phrase, un dessin, …grâce à différents supports mis à disposition : papier, crayons aquarelles, pastels, peinture, argile… Selon la consigne donnée en début d’audition, les œuvres réalisées peuvent être individuelles ou communes.

Objectifs : exprimer des ressentis, des souvenirs, des émotions…

Méthodes réceptives en musicothérapie

A la fin de chacun des exercices de communication sonore, corporelle et non-verbale proposés, les participants sont invités à prendre la parole s’ils le désirent pour parler de leur vécu.